Les chaleureux Starbucks Coffee

La chaine internationale de cafés s’est imposée comme une évidence chez les Parisiens qui apprécient son côté « comme à la maison »

Quiconque vit à Paris s’est un jour ou l’autre assis sur les cousins molletonneux des fauteuils d’un Starbucks Coffee, un gobelet de café surdimensionné dans la main, fait pour être emporté avec soi à la manière des acteurs de séries télévisées. Ou du moins a lorgné avec envie ces mêmes cousins à travers les grandes baies vitrées de ces maisons du café disséminées à chaque coin de rue de la capitale. Paris regorge en effet d’enseignes Starbucks venues tout droit des Etats-Unis. Elles détrônent peu à peu les petites brasseries et autres cafés du coin, une tradition pourtant bien ancrée dans le paysage français. Les voyageurs faisant escale à Paris peuvent s’en rendre compte facilement. Prenons par exemple la gare Saint Lazare. Une fois arrivés en haut des escalators, à l’air libre, un immense Starbucks les accueille à bras ouverts de l’autre côté du trottoir. On peut y voir des clients confortablement installés et détendus, en décalage complet avec le brouhaha ambiant de la gare. L’invitation est donnée.

Un univers particulier

A l’intérieur l’œil est sollicité de toute part : décoration recherchée, large choix de boissons non alcoolisées, de nourriture, de produits commercialisés. Les prix sont légèrement élevés mais la qualité est au rendez-vous. Cependant il ne faut pas se laisser bercer par l’ambiance cosy et les douceurs sucrées qui s’offrent à nous dès la porte franchie. Tout va très vite dès que l’on pose le pied sur le seuil. Les clients pressés venus acheter un gobelet de café sur le chemin du travail côtoient les moins pressés venus profiter de la salle. Les serveurs ont pour consigne de faire au plus vite. Tous affublés d’un grand tablier vert, ils travaillent à la chaîne, à la manière des employés d’un McDonalds, le sourire en plus. Il faut espérer être en bout de file d’attente ou totalement seul à la caisse pour avoir le temps de faire son choix. Car il serait dommage de commander un banal café quand toute une gamme de cappuccino, chocolats chaud, thé, jus de fruits et autres boissons s’offre à vous.

Après le passage à la caisse, trouver une place peut être le parcours du combattant, notamment en fin de soirée ou pendant le weekend. Une fois ce graal trouvé, la disposition de la salle permet de se sentir assez isolé pour apprécier son breuvage. Chaises, fauteuils, banquettes, petites tables ou tables hautes, tout est fait pour personnaliser chaque mètre carré et se sentir chez soi. La décoration est apaisante : peinture bordeaux sur les murs, lumière tamisée, tableaux couleurs pastel, fauteuils de velours pourpre, imitation parquet au sol, table en bois… Sans oublier la musique ambiante jazzy qui couvre les bruits de voix.

Beaucoup de représentants de la culture bobo-branchée investissent les lieux, mais également des étudiants avec leurs ordinateurs reliés au wifi et des américains en mal du pays. On vient entre amis ou en solitaire, son journal sous le coude. Clairement, certains suivent un effet de mode. Alors que d’autres au contraire haïssent ce type d’établissement, symbole même de l’envahissement de la culture américaine. D’autres encore sont conscients de tout cela, mais savent savourer le plaisir là ou il y en a.

Elodie Corvée

Publicités