Le TNP se donne une nouvelle jeunesse

Après près d’un siècle d’existence, le Théâtre national populaire fait peau neuve. 15 000 m² pour poursuivre son action en faveur du théâtre et des publics.

11 novembre, date doublement symbolique pour le Théâtre national populaire. Fondé un 11 novembre 1920 par Firmin Gémier pour offrir un théâtre de qualité au plus grand nombre, il inaugurera ses nouveaux locaux le 11 novembre prochain. Après des années ponctuées par des déménagements entre Paris, Suresnes puis finalement Villeurbanne, le TNP semble bel et bien ancré en région lyonnaise. L’ancien théâtre de la cité de Villeurbanne, devenu lieu de résidence du TNP en 1972, fait aujourd’hui sa mue : de 7000 mètres carrés, il est passé à 15 000, pouvant accueillir les infrastructures nécessaires au développement d’un théâtre d’envergure nationale. Tel était le désir de son directeur, Christian Schiaretti, qui a pris les rênes du TNP en même temps qu’il posait les premiers jalons de son renouveau architectural.

Face à la mairie de Villeurbanne, l’esthétique du nouveau TNP se veut un pont entre le passé et le présent, entre le prestige de son art et la simplicité de son emplacement. En rappelant la silhouette de son ancienne demeure, le théâtre de Chaillot, le TNP a aussi voulu respecter la réalité communale et ouvrière dans lequel il est implanté. Matériaux bruts, design clair et aéré signé Christophe Pillet fondent désormais son identité physique.

Entièrement réaménagé, doté de quatre salles de répétitions pouvant accueillir des spectateurs, le nouvel écrin du TNP est devenu un véritable outil au service du théâtre et de la création théâtrale, intégrant une logistique propre au travail des acteurs. Un atelier pour la confection de costumes est même venu compléter les plans de l’architecte pour que la troupe du TNP dispose de ce que Christian Schiaretti appelle « la mémoire du théâtre ». L’autre « mémoire » du TNP, son histoire, imprégnera les murs de sa nouvelle architecture. Chaque pièce portera le nom d’un de ces personnages qui ont fait son identité : Roger Planchon, Firmin Gémin, Jean Vilar, Georges Wilson, Laurent Terzieff… Tous se retrouveront par ailleurs dans l’exposition permanente retraçant le parcours historique et géographique du théâtre – plus de 200 panneaux disséminés dans les couloirs et espaces d’accueil et alimentés au fil des ans.

Le TNP se fera l’hôte d’une autre exposition, temporaire, pour raconter l’histoire du théâtre en général à travers l’immense collection de masques du sculpteur Erhard Stiefel. Lui-même confectionneur de masques pour les plus grands metteurs en scènes, le Maître d’Art (distinction qu’il reçut en 2000 de la part du ministère de la Culture) dévoilera plus de quatre-vingt de ses pièces, inspirées ou provenant directement des différentes civilisations à travers les continents: italiennes, indonésiennes, indiennes, thaïlandaises, chinoises, et surtout japonaises, grâce à son séjour au sein du cercle confidentiel des membres du théâtre Nô.

Simultanément à l’inauguration de la collection de masques d’Erhard Stiefel, débutera la nouvelle saison du TNP. Une saison qui accueille des talents déjà confirmés et consacrés – Patrice Chéreau, Olivier Py, Joël Pommerat… – et divisée entre théâtre classique et théâtre moderne, entre reprise et création. Son directeur s’en offre la primeur avec une mise en scène de Ruy Blas« la plus belle pièce de Victor Hugo », interprétée par la troupe du TNP. Une drôle de façon d’inaugurer un lieu dédié au théâtre, « rien qu’au théâtre », Hugo étant davantage reconnu en tant écrivain que dramaturge. Mais Christian Schiaretti explique son choix par l’enthousiasme que portait l’homme de lettres à la scène. Dans sa préface à une autre de ses pièces, Marion Delorme, il associe les termes de « théâtre », « national » et « populaire », dessinant ainsi, un siècle et demi plus tôt, le credo du TNP : « Créer tout un théâtre, un théâtre vaste et simple, un et varié, national par l’histoire, populaire par la vérité. »

Elodie Corvée, sur Mouvement.net http://www.mouvement.net/levrac-220241-le-tnp-fait-peau-neuve

Journées inaugurales du Théâtre National Populaire, 11, 12 et 13 novembre, Villeurbanne.
Exposition « masqué », collection de masques d’Erhard Stiefel, du 12 novembre au 23 décembre, au TNP de Villeurbanne.
Ruy Blas, de Victor Hugo, mis en scène par Christian Schiaretti, du 12 novembre au 11 décembre, au TNP de Villeurbanne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s